La fonction vasculaire : Un autre avantage de la chirurgie bariatrique

Outre la perte de poids, la chirurgie bariatrique a également permis d’améliorer la fonction vasculaire, selon une nouvelle étude.

Dans une étude portant sur plus de 300 adultes souffrant d’obésité, on a constaté une perte moyenne de 17,5 % du poids initial au cours d’une période de suivi d’environ 6 mois après avoir subi une chirurgie bariatrique, ont rapporté Noyan Gokce, MD, du Boston Medical Center dans le Massachusetts, et ses collègues.

À partir d’un poids initial de 126 kg (278 lb) en moyenne, ces patients sont descendus à un poids moyen de 104 kg (229 lb) six mois après l’opération, a écrit le groupe dans JAMA Network Open.

Outre cet avantage en termes de perte de poids, ces patients ont également constaté une amélioration significative de la dilatation dépendante du flux endothélium (FMD), indiquant une amélioration significative de la fonction macrovasculaire (9,1 % avant l’opération contre 10,2 % après l’opération, P=0,001).

Les patients ont également constaté une augmentation significative de l’hyperémie réactive (HR), indiquant une amélioration de la microvasculature après la chirurgie bariatrique (764 % avant la chirurgie contre 923 % après la chirurgie, P<0,001).

Les chercheurs ont souligné que la dilatation médiée par le flux et l’hyperémie réactive « ont été validées cliniquement comme des prédicteurs indépendants du risque cardiovasculaire. »

La fonction vasculaire s’est améliorée même après l’arrêt des médicaments connus pour leur effet bénéfique sur la fonction endothéliale, a également noté le groupe de Gokce. « Ainsi, l’effet cumulatif global de la perte de poids sur la fonction vasculaire peut avoir été modéré par l’arrêt des agents vasculoprotecteurs pour des raisons cliniques, comme la normotension. »

Les chercheurs ont également souligné que tous les sous-groupes de patients, y compris les Noirs et les Blancs, les hommes et les femmes, et les personnes atteintes d’un syndrome métabolique, ont bénéficié des avantages de la chirurgie bariatrique en termes de perte de poids et d’effets bénéfiques sur la fonction microvasculaire.

Il est intéressant de noter que même le sous-groupe de patients souffrant d’une obésité dite métaboliquement saine et d’une inflammation de bas grade (taux plasmatique de protéine C-réactive à haute sensibilité >2 mg/dL) a également constaté une amélioration microvasculaire significative après la chirurgie. Cette découverte particulière suggérant un bénéfice de la chirurgie bariatrique pour les patients souffrant d’obésité métaboliquement saine touche « un domaine d’intérêt croissant et une controverse dans le domaine qui justifie une étude plus approfondie », selon les chercheurs.

En revanche, les personnes souffrant d’obésité métaboliquement saine n’ont pas constaté d’amélioration significative du fonctionnement macrovasculaire.

Parmi les autres avantages cliniques de la chirurgie bariatrique, citons l’amélioration du tour de hanches, du tour de taille et du taux de cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL).

Comme on pouvait s’y attendre, le changement observé dans la dilatation médiée par le flux s’est accompagné d’une amélioration du taux de HbA1c. Si l’on considère l’ensemble de la cohorte, on observe une baisse de 0,5 % (IC à 95 % : -0,95 à -0,05) de la dilatation médiée par le flux pour chaque baisse d’une unité du taux d’HbA1c.

L’analyse basée sur la population comprenait 307 patients ayant un IMC de 35 ou plus et ayant subi une chirurgie bariatrique au Boston Medical Center entre 2001 et 2019. Les patients qui présentaient des syndromes coronariens récents, une insuffisance cardiaque congestive, un néoplasme malin, une infection systémique, une maladie aiguë ou une grossesse ont été exclus.

La cohorte de chirurgie bariatrique reflétait la pratique clinique avec une grande majorité de femmes (80%) et de blancs (65%), ce qui limite la généralisation des résultats. L’âge moyen était de 42 ans et l’IMC moyen de la cohorte était de 46.

Dans l’ensemble, 84 % des patients ont opté pour un bypass gastrique Roux-en-Y, tandis que 16 % ont subi une sleeve gastrectomie ou un anneau gastrique ajustable par laparoscopie.

Les 74 % de la cohorte considérés comme souffrant d’obésité « métaboliquement malsaine » devaient présenter au moins trois des facteurs cliniques suivants :

  • Obésité abdominale (un tour de taille d’au moins 102 cm pour les hommes ou 88 cm pour les femmes).
  • Un taux de triglycérides égal ou supérieur à 150 mg/dL
  • Taux de cholestérol HDL inférieur à 40 mg/dL chez les hommes et inférieur à 50 mg/dL chez les femmes
  • Tension artérielle d’au moins 130/85 mm Hg ou utilisation d’un médicament contre l’hypertension.
  • Une glycémie à jeun d’au moins 100 mg/dL.

Les personnes ne présentant pas au moins trois de ces facteurs cliniques ont été considérées comme présentant une « obésité métaboliquement saine ».

Étant donné que le sous-ensemble de patients souffrant d’obésité métaboliquement saine était le seul groupe qui n’a pas bénéficié d’un avantage macrovasculaire et microvasculaire significatif de la chirurgie, le groupe de Gokce a suggéré qu’ils « représentent une population mixte qui pourrait bénéficier d’une classification phénotypique plus fine. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.